45mn au Cavern Club…

admin
0 0
Read Time:1 Minute, 48 Second

Le Cavern Club…petit bar de la rue Dauphine qui organise des concerts dans sa cave…ou sa caverne.

 

Cavern Club

 

Sympa sur le principe, il vaut mieux être sélectif sur ce que vous allez voir. Cela dit, c’est gratuit mais des fois ça surprend – comme le soir où je suis passé.

Déjà le personnel du bar, à deux je dis bien, rame pour servir 7-8 personnes dans un temps raisonnable et se pique d’un agacement quand on les relance au bout d’un quart d’heure. Enfin, on est là pour papoter avec les potes mais bon, on aimerait être servi quoi.

Etape suivante, on passe à la cave. La soirée nous ayant été indiquée par un ami photographe j’avais mon pocket avec moi. Lui travaillait comme d’hab avec son Leica en f1.4 et…400ASA. J’ai pas encore vu les résultats mais je n’y crois pas trop. Enfin on verra mais les lois physiques se plient difficilement.

Ce soir on donne Lamia Cross, un groupe composé de deux guitaristes genre heavy metal, une violoniste japonaise poupée sortie tout droit d’un manga et une chanteuse japonaise également…moins poupée celle-là. Costumes exotiques, genre extravagant, ils sont dans leur trip à fond. Ca démarre devant un public apparemment conquis dans une lumière rouge sursaturée comme dans un labo photo des années 80.

Si l’image est saturée, la musique l’est tout autant. C’est pas que ce soit fort, mais chaotique plutôt. On a l’impression d’avoir allumé MTV, la Chance aux Chansons et un docu sur les groupes hard rock underground en même temps. C’est dissonant, bordélique, inaudible coté chanteuse, les guitares qui braillent et par dessus un bruit de violon égaré qui ne fait aucun sens. On dirait que chacun joue sa partoche sans demander aux autres ce qui se passe. Vraiment atypique comme session musicale.

20 minutes plus tard on lâche l’affaire et on se carapate. Pas de quoi faire un reportage photo mais de quoi piquer une ou deux crises de fou rire quand même car l’effet mélodieux est particulièrement perturbant.

Les oreilles encore tintantes de ce ramdam à résonance asiatique, on file au resto soulagé. Ouf.

 

Japonaise

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Evacuer le passé

Quand on hérite d’une maison du jour au lendemain – surtout quand c’est pour une raison assez triste – on écope de tout ce qui faisait la vie d’une autre personne au quotidien. Une fois les premiers mois passés, on s’attaque à ces vestiges, on fait le ménage et on […]